New here? Register. ×
Menu

Sophie Adam : Nous recevons de nombreuses demandes de Français souhaitant investir à Maurice

no comments
Written by Admin 3 | Published in Latest News, Latest Updates
  • Featured-Image-des-francais
13Jul

Sophie Adam : Nous recevons de nombreuses demandes de Français souhaitant investir à Maurice

2015 est l’Année du Tricentenaire de la présence française à Maurice. Au fil des années, la France et Maurice ont développé une relation à différents niveaux, qu’elle soit politique, humaine, culturelle, économique ou commerciale. Aujourd’hui, la France est un acteur économique majeur à Maurice.

Les chiffres en parlent. L’Hexagone est le premier partenaire commercial de Maurice. En 2014, La France avait fait des investissements de Rs 3 milliards, et nous avons plus de 150 filiales et compagnies françaises qui sont à Maurice. Au niveau du tourisme, la France demeure le marché principal. Maurice continue de susciter l’intérêt des investisseurs français. Sophie Adam, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie France Maurice (CCIFM), souligne que les demandes sont nombreuses de la part des Français qui veulent investir à Maurice. Propos recueillis par Anisha Madayah.

La CCI France Maurice (CCIFM) se présente comme une institution fort importante dans le renforcement des liens entre Maurice et la France. Dans quelle mesure cette institution réalise-t-elle cet objectif ?

Nous contribuons aux côtés de l’ambassade de France, à défendre et promouvoir les intérêts économiques français à l’île Maurice. Par exemple, nous intervenons auprès du gouvernement mauricien dans le développement du secteur des TIC, fortement représenté parmi nos membres. Nous avons au sein de la CCIFM une commission de travail TIC. De plus, nous participons par exemple à des workshops, à l’organisation de la WebCup, au développement de la formation. Nous sommes aussi force de propositions lorsque le gouvernement nous consulte pour le développement du secteur des TIC ou les permis de travail ou tout autre sujet. Nous travaillons également en partenariat avec le BOI pour la promotion des investissements et des échanges commerciaux français à l’île Maurice. Cela s’est traduit par exemple par des contacts en France que nous avons donnés pour l’organisation de missions. Enfin, nous faisons la promotion de l’île Maurice auprès des CCI en France qui disposent d’un service international. J’étais fin juin en mission pour cela et on a distribué la brochure de présentation de l’IM du BOI.

Combien de membres font partie de la CCIFM et quels sont les avantages qu’ils reçoivent ?

Le nombre d’adhérents est en pleine croissance cette année, nous avons noté une croissance de plus de 30 %. Nous avons 136 membres et devrions atteindre au moins 140 membres d’ici la fin de l’année. Les avantages qu’un membre retire de son adhésion à la chambre sont nombreux. Ce sont par exemple : le développement de son réseau. Ce qui est particulièrement intéressant pour un nouvel arrivant. L’obtention de bons contacts utiles, l’échange d’informations, le partage de bonnes pratiques avec les autres membres, le travail en groupe sur des problématiques communes. Les autres avantages sont aussi, la défense de ses intérêts auprès des autorités locales et françaises. Les membres bénéficient aussi des rendez-vous BtoB que nous organisons avec des missions d’affaires étrangères (Madagascar, Mayotte, Réunion .etc). De plus, ils peuvent profiter de notre appartenance au réseau mondial des chambres de commerce françai-ses à l’international (112 chambres dans 82 pays) pour développer son business vers l’étranger.

La CCIFM mène-t-elle des missions pour attirer des investisseurs français à Maurice ? Si oui, dans quels secteurs ?

Pour l’instant, nous n’avons pas eu l’occasion d’organiser ce type de mission collective, mais cela fait partie des services que nous souhaitons développer. Cependant, nous recevons de nombreuses demandes de Français souhaitant investir à Maurice. Nous les renseignons en fonction de leur projet. Certains font le déplacement et nous les accueillons, les renseignons, leur donnons des informations et contacts utiles.

Quelles sont les difficultés que rencontrent les investisseurs français à Maurice dont la CCIFM voudrait faire part ?

Parmi les difficultés que rencontrent les investisseurs français, nous notons le manque de main- d’oeuvre très qualifiée dans certains métiers des TIC (sécurité informatique, développement de logiciels par exemple). Le montant de l’investissement minimum élevé pour obtenir une ‘occupation permit’ en tant qu’investisseur ou ‘self employed’. La maîtrise de la langue française à l’oral surtout et à l’écrit est aussi une difficulté qui est notée. Le délai pour obtenir son ‘occupation permit’ actuellement est une autre difficulté à laquelle les investisseurs doivent faire face.

La CCIFM a plusieurs commissions qui traitent différents aspects de l’économie. Dans quelles mesures ces commissions ont-elles permis aux membres de pouvoir s’exprimer sur les problèmes auxquels ils font face et en même temps d’y trouver des solutions ?

La commission TIC dont fait également partie l’OTAM et la MITIA, est particulièrement active, et travaille en collaboration étroite avec le gouvernement mauricien, et d’autres institutions sur des problématiques importantes pour le secteur : la formation des jeunes, le manque de main-d’oeuvre, l’étude des salaires, l’amélioration de l’image du secteur, une meilleure connaissance des métiers offerts auprès des jeunes, les problèmes de coût de connexion internet.

Quels ont été les principaux accomplissements de la CCIFM en 2014 et quels sont les projets d’avenir ?

2014 a été une année importante pour la CCIFM puisqu’elle a été marquée par une nouvelle phase dans son développement. Le poste de direction que j’occupe a été créé, l’équipe s’est agrandie de 2 à 4 personnes, nous avons déménagé dans des bureaux spacieux à la Blue Tower à Ebène et répondant à nos besoins. Cela nous a permis de développer de nouveaux services tels que l’hébergement de sociétés et l’accueil de VIE. Nous avons aussi changé de logo, organisé plus de 20 évènements tout au long de l’année, accueilli et renseigné 60 investisseurs français dont 26 en entretien individuel.

La France est le partenaire principal de Maurice pour ce qui est de l’investissement. Les investissements de la France vers Maurice ont dépassé Rs 3 milliards en 2014. Quelles sont les raisons qui poussent les investisseurs à venir à Maurice par rapport à d’autres destinations ?

L’île Maurice est particulièrement attractive pour les investisseurs français de par la qualité de vie qu’elle offre, l’usage de la langue française, les avantages fiscaux, le coût avantageux de la main-d’oeuvre, la sécurité, le niveau de développement du pays, et bien sûr l’accueil convivial des Mauriciens vis-à-vis des Français et leur gentillesse.

La France célèbre sa fête nationale le 14 juillet prochain. Maurice a connu la colonisation française et aujourd’hui la culture française est toujours présente à Maurice. De quelle manière la CCFIM essaye de perpétuer la présence française à Maurice ?

La CCIFM perpétue la présence française en contribuant à l’accueil des investisseurs français, en animant un réseau d’entreprises ayant un lien économique avec la France et en promouvant l’Ile Maurice en France.

 

 

Source: ‘link of article from Le Matinal’.

Latest Updates

open all posts

Latest Updates

Latest Updates

Have a story to tell?

Send Us Your Ideas & Suggestions

To use CAPTCHA, you need Really Simple CAPTCHA plugin installed.

Privacy is guaranteed
MSM Party - Be the Change that You want to See