SCANDALE BPML/SICOM : Les huit questions de Pravind Jugnauth

ARTICLE PARU DANS WEEK-END | 27 JANUARY, 2013

“L’axe Business Parks of Mauritius (BPML), la compagnie d’assurance SICOM et l’homme d’affaires Rakesh Gooljaury entourant la vente de terres à Ebène s’apparente à un méga scandale.” C’est ce qu’a déclaré le leader du MSM Pravind Jugnauth lors d’une conférence de presse longuement consacrée à ce dossier vendredi au Sun Trust. A travers huit questions qu’il pose, Pravind Jugnauth estime que les réponses devraient permettre d’éclairer la population, et faire éclater la vérité quant à “ki lax ek ki konfli dintere ena dan sa mega-scandal la”.

1) Rakash Gooljaury aurait-il obtenu en 2009, un terrain de deux arpents à bail, s’il n’était pas l’homme de confiance du Premier ministre, Navin Ramgoolam ?
2) Ces terres avaient-elles été réservées pour l’aménagement d’un espace vert ?
3) Lorsque BPML modifie sa décision concernant l’espace vert, en allouant ces terres à une personne autre que M. Gooljaury, qui a repris ces terres de cette tierce personne et les a allouées à M. Gooljaury ?
4) Cette transaction figure-t-elle sur la liste des irrégularités relevées par le comité ministériel présidé en 2011 par Anil Baichoo sur BPML ?
5) Est-ce que BPML a précisé à M. Gooljaury, lors de l’allocation de ces terres, que le projet qui devrait être entamé devrait concerner ICT business offices and other related operations ? Et si tel est le cas, pour quelle raison ce règlement a été modifié le 13 janvier 2011 afin que s’y ajoute as “well as commercial purposes” ?
6) Pour quelles raisons BPML n’a pris aucune sanction lorsque M. Gooljaury n’a pas respecté les conditions du bail ?
7) Pourquoi ces terres n’ont-elles pas été reprises de M. Gooljaury pour être offertes directement à la SICOM qui avait manifesté son intérêt ?
8) Alors que la SICOM dispose de ses propres consultants, pourquoi s’est-elle engagée dans ce deal sans appels d’offres et qui a présenté M. Gooljaury à la SICOM ?

Avec cette série de questions, à la fois à BPML et à la SICOM, et aux personnes impliquées dans cette affaire, le leader du MSM souhaite que la transaction portant sur l’achat du bâtiment de l’homme d’affaires Rakesh Gooljaury par la SICOM pour la somme de Rs 600 millions, soit mise en lumière et révèle ses tenants et aboutissants. Il fait ressortir que cette transaction a été d’ailleurs l’un des premiers contentieux entre le PTr et le MSM lorsque le parti soleil faisait parti du gouvernement.
Ne manquant pas de rappeler la proximité de Rakesh Gooljaury avec le PM, Pravind Jugnauth s’insurge de ce “méga-scandale effectué avec la complicité de BPML”. Il fait ressortir que lorsqu’il était ministre des Finances sous le gouvernement PTr-PMSD-MSM, il a rencontré le directeur de la compagnie Arushi Development Co, en l’occurrence, Rakesh Gooljaury et que mis au courant de ce qui se tramait “mo ti dir li mo pa dakor avec la façon de procéder”.

Citant le communiqué de la SICOM, il souligne que la précision de la compagnie d’assurance à l’effet que “la transaction effectuée par acte notariée, dûment enregistré… et accessible au public depuis le mois de septembre 2012″, met clairement en lumière le conflit d’intérêts dans cette affaire, avec en l’occurrence que cette transaction a été effectuée après que le board de la SICOM, sous la présidence de Kushal Lobine, donne son aval au projet, le 6 août 2012. “La décision a été prise par Kushal Lobine”, note Pravind Jugnauth, relevant que ce dernier est également proche de Navin Ramgoolam. “Il est aussi le business partner de Rakesh Gooljaury dans Lubines Holding Limited”, dit-il. D’où ses interrogations quant à qui aurait présenté cet homme d’affaires à la SICOM. Selon lui, le consultant qui a recommandé cette transaction à la SICOM serait le même qui travaille pour Rakesh Gooljaury.
S’attardant sur ce dossier, le leader du MSM fait ressortir que si les services de Rheim Grinaker ont été retenus par Arushi Development Co, après appels d’offres, pour une construction au coût de Rs 370 M la transaction avec la SICOM s’élève à Rs 600 M. “C’est cela le jackpot”, dit Pravind Jugnauth, se demandant si la SICOM “s’est délibéremment embarquée dans ce deal pou donn enn cado ti copain, ou ignorait ces détails”.
Pour le MSM, avec méga-scadale qui accule davantage le gouvernement, les membres du gouvernement, paniqués, tentent de répliquer par des mensonges. Pravind Jugnauth profite pour répondre au président du PTr, Patrick Assirvaden, concernant l’implication pour le contrat de Tropical Times à l’aéroport. Le leader du MSM rappelle que lorsque cette compagnie a obtenu un contrat à l’aéroport en octobre 1999, c’est le PTr qui était au pouvoir. “Et lorsque son contrat a été renouvelé en 2007, c’est toujours le PTr qui était au pouvoir”, dit-il.
Pravind Jugnauth est aussi revenu à la charge avec l’affaire MITD, dénonçant la suspension d’un syndicaliste, Hemandar Madhow, suivant ses sorties relatives à cette histoire de pédophilie alléguée au sein de la MITD. Le leader du MSM lance une mise en garde au ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree : “Pa seye kasiet la vérité avec tou kalité cinéma. Nou pou contine déononcé.” Se disant solidaire avec Hemandar Madhow et d’autres camarades syndicalistes, il avance que “nou pou contine denonce bann dimoun ki fer dimal nou bann zenfan”. Il fait un appel aux parents pour ne pas se rester silencieux face à de tels délits. “Il faut se mobiliser contre de tels prédateurs”, dit-il.
Dans un autre ordre d’idées, le leader du MSM exprime sa solidarité avec le leader des mauves, dont il salue le courage dans une telle situation. “Nous sommes de tout cœur avec lui et nous nous joignons aux prières de la grande famille militante pour prier pour lui. Nous sommes confiants qu’il reviendra très vite parmi nous pour continuer le combat pour sauver le pays”, dit-il. Et d’assurer son soutien à Alan Ganoo et les autres dirigeants du MMM, soulignant que “nous allons continuer à fonctionner avec le calendrier établi et élaboré le calendrier à venir”. A l’Assemblée nationale, dit Pravind Jugnauth, “le leader de l’opposition aura notre soutien et notre collaboration et nous continuerons à dénoncer un gouvernement pourri et nous accélérerons la fin de règne de Navin Ramgoolam”.

BMPL: Rendre public le rapport Baichoo
Versant d’autres éléments au dossier SICOM/Rakesh Gooljaury, le leader du MSM a rappelé qu’un comité ministériel, dont faisait parti Nando Bodha alors ministre, et présidé par le ministre Anil Bachoo, avait été mis sur pied pour enquêter sur les “transactions foncières au niveau du Business Park of Mauritius Ltd (BPML)” après les législatives de 2010. Soutenant que les conclusions de ce comité sont “damning”, Pravind Jugnauth réclame que le rapport soit rendu public. Il fait ressortir que le ministre Baichoo lui-même avait recommandé que des sanctions immédiates soient prises contre “le directeur de BPML, mais rien ne lui est arrivé”. Le Premier ministre également aurait été offusqués des découvertes faites dans ce rapports : “Mais rapport inn mett dan tiroir. Zordi gouvernma bizin rann sa public”, déclare-t-il.

© 2014 Copyright © 2014 - MSM PARTY - Tous droits réservés

Scroll to top