New here? Register. ×
Menu

Le pays avant tout.

no comments
  • pkj
23Jan

Pravind Jugnauth sera le futur Premier ministre de la République de Maurice. Il deviendra la 5e personne à accéder à ce poste. C’est vrai, et ça personne ne peut le nier, il est le fils de Sir Anerood Jugnauth, mais de là à faire croire que SAJ lui a offert ce maroquin ou une passation de pouvoir entre père et fils est une absurdité que seuls des démagogues peuvent encore tenter de vendre au peuple.
En tant que leader du MSM, un parti qu’il a su placer comme le leading political party of Mauritius si on se fie au dernier sondage de Sofres, il avait tout à fait le droit comme tout autre leader d’un parti à aspirer au poste de Premier ministre de ce pays. Il a su forger son destin avec panache. Combien de fois, on l’avait enterré après des joutes électorales? Des défaites, des coups de poignard dans le dos, des trahisons, il a su les affronter pendant des années de leadership pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Un homme calme, aguerri et plus important…il sait où il va mener ce pays et son peuple dans les années à venir. Qui ne souvient pas de ce Pravind Jugnauth, timide et frêle, qui débuta en politique en 1995. Il avait osé aller défier la dynastie Boolell (Arvind) dans son fief face à une coalition MMM/Ptr. Il n’échappe pas à la défaite au numéro 11 comme tous ses autres collègues dans les autres circonscriptions. Il avait appris de cette défaite…un père isolé dans la défaite, un parti délaissé par ses partisans. Oui, il a vécu cette dure réalité de la vie politique mauricienne remplie d’hypocrisie avec des gens, qui vous chérissent lorsque vous être au sommet, mais qui vous botte dès que vous tombez. Il n’abdiqua pas, car il était un guerrier dans l’âme, mais si en apparence il ne le dégage pas. En 1996, il entre à la municipalité de Vacoas/Phoenix comme conseiller. Il fait donc ses premiers cas. Un bon tremplin pour l’avenir. SAJ n’a jamais dicté son choix.
Pravind Jugnauth a été libre de ses choix. Il navigue dans l’opposition, dans l’ombre de son père et des gros calibres du parti à l’époque. Pravind Jugnauth nous donne l’impression qu’il est de cette race de politicien posé. Il n’est jamais pressé dans la vie. Il a toujours dit qu’il fait de la politique par conviction. Après les Macarena Party et les soirées Blue eyes boys, l’affaire Kaya et autres, le peuple en a marre de Ramgoolam fils. Pravind Jugnauth observe, les erreurs que commettent un de ses plus farouches opposants, tout ça de loin. Têtu, il l’est. Il aurait pu être aux côtés de son père au numéro 7 en 2000, après l’accord de MedPoint, mais il est un homme de défi. Il repart à la conquête du No 11 comme pour ne pas fuir ses adversaires. Première grande victoire…il devance Arvind Boolell, fils de Sir Satcam Boolell par presque 2000 voix. À 39 ans, il était temps qu’il montre ce qu’il a dans le ventre. Le duo SAJ/Bérenger, qui remporte 53 sièges, lui confie un portefeuille hyper important…l’agriculture. Cette industrie était à la croisée du chemin. Plusieurs milliers de laboureurs sont menacés de chômage et pourraient se retrouver dans la rue faute d’une maison décente. D’autres auraient cédé face aux 26 géants de l’industrie sucrière. Mais Pravind s’était mis en tête de trouver la meilleure formule pour ces milliers de familles. Pas question de les laisser tomber. Rusé et bon négociateur, il sort avec la formule VRS 1 en 2001. 8209 travailleurs, qui vivaient une angoisse terrible, doivent obtenir un lopin de terre et une compensation financière de Rs 300 000 à monter s’ils optent pour un retrait prématuré. Critiqués à l’époque, beaucoup ont réalisé la portée sociale de cette décision des années après. Pravind Jugnauth…homme de vision! C’était la première preuve que l’homme ‘cares for the poor’! Il y a eu par la suite le VRS 2 en 2007 touchant cette fois 7150 travailleurs. Aujourd’hui sur 70 sites, on a eu des morcellements avec des maisons qui font la fierté de nos aînés. À Maurice, on oublie vite les bonnes choses…
Une première mission réussie avec brio. Avec le départ de SAJ pour le Réduit en 2003 comme promis, Paul Bérenger accède au poste de Premier ministre. Le leader du MSM devient ministre des Finances et même s’il a la majorité au Parlement, il n’a jamais été tenté de renverser Paul Bérenger comme Premier ministre. Lors des scrutins de 2005, l’alliance MSM/MMM ne passe pas, car l’équation choisie n’était pas la formule adéquate. Un non-hindou au Poste de Premier ministre d’entrée…le pays n’était pas prêt pour ça, Ça ne se vend pas. Pravind Jugnauth le savait, mais il n’était pas question de passer sur la tête de son partenaire emblématique pour qu’il ait du respect. Une chose qu’il a hérité de son père et de sa mère, Lady Sarojini Jugnauth.
Ces principes le guident une nouvelle fois…même si cette formule le menait à l’échafaud. Il concède une deuxième défaite au numéro 11 et se retrouve en dehors du Parlement, battu par une trentaine de votes. Il était l’homme à abattre durant la campagne. Pourtant son parti compte 14 députés élus, dont 5 femmes. Une grande première dans l’histoire du pays. Le leader du MSM a prouvé, de par ses choix des candidats dans des circonscriptions qu’il est une fin stratège. Mais, même en étant en majorité, il laisse Paul Bérenger culminer le poste de leader de l’Opposition. Encore une fois sur une question de principe. Il va probablement vivre une double trahison politique. En 2006, l’alliance MMM/ MSM ne fait pas long feu. Paul Bérenger le critique et l’utilise comme bouc émissaire pour expliquer cette défaite de 2005. Paul Bérenger voulait placer Ashock Jugnauth comme leader du MSM. Pravind Jugnauth entre alors en guerre contre son oncle. C’était le pas à ne pas franchir, lui qui a su rester fidèle à son partenaire. Les mots pleuvent et Pravind Jugnauth va sortir cette phrase assassine, mais désormais légendaire. « La langue p vin longue couma cravate » pour répondre a Bérenger. Pravind Jugnauth délègue alors Nando Bodha comme chef de file du MSM au parlement et il botte Bérenger de son poste de leader de l’Opposition. Signe du destin et revanche politique! Pravind Jugnauth ne l’a pas demandé, le système le lui a offert cette occasion. En 2009, Ashock Jugnauth est disqualifié. Il y a une partielle au No 8, Moka Quartier Militaire. Le Ptr n’aligne pas de candidat et laisse le MSM, seul affronter Ashok Jugnauth, qui avait fondé un autre parti en coalition avec le MMM. Pravind Jugnauth va réussir là où le père avait échoué. Remporter une partielle! Il entre au Parlement et annonce clairement et sans équivoque qu’il va faire de l’opposition responsable. Logique, car il sait qu’il avait aussi bénéficié du soutien des partisans rouges à l’époque. Ses principes l’obligent une nouvelle fois à ne pas trahir cette réalité du terrain. Pravind Jugnauth donna une leçon à Bérenger qui l’avait trahi. Il contracte une alliance avec le Ptr en 2010, pousse Navin Ramgoolam à botter son ministre des Finances, Rama Sithanen. Tout comme Paul Bérenger en 2005, Navin Ramgoolam, censé être des dinosaures politiques, se laisse piéger par ce fin tacticien. En tant que ‘junior partner’, il obtient 18 tickets et fait élire 14 députés. Il obtient six portefeuilles en alliance avec le Ptr, dont le poste de ministre des Finances. Il donne, ou plutôt il retourne ce qu’il avait promis durant sa campagne au peuple dans son budget. Les mesures impopulaires, dont le paiement des frais d’examen de SC et HSC, de Sithanen sont placées dans la poubelle de l’histoire. Le peuple applaudit le ministre des Finances.
Troisième trahison…Navin Ramgoolam et son ami Jeetah le piègent dans l’affaire Medpoint. Pravind Jugnauth n’apprécie pas d’autant plus qu’il eût déclaré ses intérêts et n’avait pas assisté aux délibérations du conseil des ministres sur le dossier. Il décide de quitter le gouvernement pour se mettre aux côtés de Paul Bérenger sans contracter une alliance au départ. Pravind Jugnauth sait qu’il a été piégé, mais il doit l’assumer. Navin Ramgoolam a voulu l’enterrer politiquement avec l’affaire Med Point, mais il ne savait pas qu’on ne peut piéger la justice mauricienne…bref la justice tout court. Entretemps, Paul Bérenger va chercher Anerood Jugnauth du Réduit pour ‘lead’ une alliance MSM/MMM. Il fallait faire partir Navin Ramgoolam de la tête du pays. Pravind Jugnauth accepte de jouer les seconds couteaux derrière les deux figures emblématiques. Mais encore une fois, Bérenger va lui jouer un mauvais tour en voulant le placer le plus loin possible sur le front bench. C’en était de trop pour les partisans du MSM, mais Pravind Jugnauth a toujours voulu mettre le pays avant lui. Il était prêt à se plier aux exigences de Bérenger afin de sauver son peuple du régime Ramgoolam. Mais en réalité, c’était un subterfuge pour Bérenger pour rompre avec le MSM. Le pays vit alors le tristement célèbre ‘on and off’ entre le MMM et le Ptr. Pravind Jugnauth assiste à tout ça. Saura-t-il se relancer? Certains l’enterrent déjà politique. Les élections de 2014 et avec l’affaire Medpoint suspendu sur lui, il aurait été assassiné politiquement et légalement très probablement.
Pravind Jugnauth est toutefois béni. À chaque fois où il est acculé, il y a eu forcément un miracle. Xavier Luc Duval quitte Ramgoolam, Ivan Collendavello en fasse de même du côté du MMM avant de contacter Pravind Jugnauth à l’aube des élections de décembre 2014. À la Caverne, les trois hommes persuadent SAJ de faire une dernière sortie politique pour ‘sauver le pays’ miné par l’affaire Soornack, l’affaire Airway Coffee, l’affaire Roches Noires etc. Pravind Jugnauth fait encore une fois concession sur ses aspirations personnelles. Il laisse SAJ, Xavier Luc Duval, Ivan Collendavello passer devant lui. Et dans l’équation communale, même Soodhun se retrouve devant dans la hiérarchie. Pravind Jugnauth un assoiffé du pouvoir? Même un gamin du CPE va vous dire que le contraire qui est vrai. Le slogan ‘viré mam’ devient viral. Le pays suit la mouvance. Prédestiné à la défaite face à une alliance MMM/Ptr imbattable, l’alliance Lepep remporte haut la main ces scrutins. Navin Ramgoolam qui voulait l’enterrer politiquement n’est pas élu. C’est lui qui est mort politiquement. Comme promis, Pravind Jugnauth tient sa parole et se contente du portefeuille des TIC. Il n’a jamais été gourmand. Mais il semble que le tout puissant voulait tester sa résilience une fois encore. Il est jugé coupable dans l’affaire Med Point en juin 2015. Homme des principes, il démissionne de son poste de ministre pour concentrer son énergie sur sa défense. Il sait que politiquement, ce sera difficile de revenir s’il ne gagne pas ce procès. Il met tous les atouts de son côté et finalement en mai 2016, il gagne son procès en appel.
Le Premier ministre le nomme ministre des Finances, mais il reste derrière le trio XLD/IC/SS. Son discours de budget est attendu. Il réalise un truc énorme. Tout le monde reconnaît que c’est un budget innovateur avec des mesures sociales jamais prises auparavant. L’opposition est muette et abbatue! Le coup est parfait. « C’était le budget d’un futur Premier ministre », disaient les observateurs politiques et économiques.
Et en janvier 2017, Pravind Jugnauth sera Premier ministre après un parcours digne des grands politiciens. Il a su affronter et gagner des innombrables combats. Certains l’oublient, d’autres non. La seule parade que sortent ses détracteurs…il est le fils de Sir Anerood Jugnauth. Le nouvel homme fort a une vision pour l’île Maurice de demain. Tout comme nous, il veut d’une île Maurice moderne, une île Maurice dans lequel il fait bon de vivre et où nous voulons vivre, une île Maurice qu’on veut léguer à nos enfants. Le pays avant tout a été son leitmotiv durant toute sa carrière politique. Les faits sont là…on ne les a pas déformés. Comment pouvait-il être le contraire durant les deux voir trois prochaines années. Les dinosaures politiques le savent. Le peuple sera gagnant et l’histoire est en marche. SAJ avait pris 13 ans pour bâtir une île Maurice qu’on connaît. Et si Pravind bat ce record!
Demain un nouveau ’SOLEIL’ se levera, un nouveau leader avec…pour la génération future.

Sharing is caring

Latest Updates

open all posts

Latest Updates

Latest Updates

Have a story to tell?

Send Us Your Ideas & Suggestions

captcha

Privacy is guaranteed
MSM Party - Be the Change that You want to See