New here? Register. ×
Menu

Alcool et tabac chez les jeunes – Une accessibilité déconcertante

no comments
Written by Admin18 | Published in Yo! Building the Future
  • 4fdd4409594bcd37e88ca9f09fa3e7c1_XL
13Jul

L’alcool et le tabac sont les deux produits les plus diffusés chez les jeunes, surtout lors des fêtes ou des sorties entre amis. Le pire : il semblerait que la société ne se contente pas que de tolérer cette situation chez les jeunes, voire les mineurs, elle l’encourage.
De nos jours, surtout, au sein d’une société en plein ascension, les jeunes ont accès à une panoplie d’activités ou de loisirs. Concerts, matinées/soirées dansantes, ‘Beach parties’… C’est l’agenda des jeunes. Certes, il est important que ces derniers s’amusent et s’épanouissent mais à quel prix ? Ce sont là des lieux où trop souvent l’alcool coule à flots et les cigarettes se consument au gré des rires, et cela, en présence de mineurs.

La loi interdit la vente de cigarettes aux mineurs. Mais, très souvent, lors des concerts de rock dans des discothèques très connues des Plaines-Wilhems, où l’accès à l’alcool et au tabac est très facile, on constate la présence d’un public très jeune, voire d’adolescents de moins de 18 ans. Il est toutefois important de faire ressortir que ce n’est pas la culture rock qui pousse à consommer l’alcool et la cigarette, mais l’ambiance et, surtout, l’accès à ces produits. C’est le même scénario lors d’autres événements, notamment les matinées dansantes en boîte de nuit. Cette loi est loin d’être respectée. Le facteur clé : l’argent.

Pour Ally Lazer, travailleur social et président de l’Association des travailleurs sociaux de Maurice (ATSM), la situation ne fait qu’empirer. Le business de l’alcool et de tabac est privilégié au détriment de la santé de nos jeunes. Il dénonce surtout la consommation très précoce d’alcool chez les mineurs, qu’il juge très préoccupante. « J’ai tiré la sonnette d’alarme par rapport à ce problème durant les deux dernières années. Avec le temps, le profil du consommateur d’alcool et de cigarette a changé. Il ne s’agit plus des personnes de plus de trente ans. Les plus gros consommateurs sont des jeunes. La situation est alarmante : des jeunes commencent à consommer de l’alcool et à fumer à partir de 10 ans et 11 ans. Et ce n’est pas tout », s’insurge notre interlocuteur.

Aujourd’hui, il semblerait que, face aux drogues dures, l’alcool et la cigarette soient pour les jeunes, en quête de transgression, un accès plus facile et bien moins stigmatisé par la société. C’est de là que vient le mal.

« Il y a des jeunes du même âge qui suivent des traitements parce qu’ils sont accrocs à des drogues plus dures comme le subutex et le cannabis. C’est dans certains cas dû au fait qu’ils ont goûté à la drogue et à la cigarette beaucoup trop tôt. De ce fait, en grandissant, ils sont en quête de nouvelles sensations plus fortes », soutient Ally Lazer. Ce dernier va plus loin. Si les jeunes sont encouragés aux excès pendant des fêtes, il en va de même pour certaines boutiques. Notre interlocuteur revient sur les épisodes de collégiens arrêtés pour avoir fait l’école buissonnière et qui avaient consommés cigarettes et d’alcool.

« Aujourd’hui, les garçons et les filles sont aussi bien impliqués dans ces histoires. Ils se procurent trop facilement des paquets de cigarettes et des bouteilles d’alcool. À ce rythme-là, demain, ils passeront aux les psycho­tropes. Les commerçants et les phar­maciens sont sans scrupule. Leur préoc­cupation est de faire rouler leur commerce, même si c’est au détriment de nos jeunes. Il faut que les autorités concernées effectuent plus de contrôle sur le terrain. Nos jeunes, c’est notre richesse », soutient ce travailleur social qui est aussi le fondateur du centre de désintoxication Idriss Goomany.

« On boit pour être ‘in’ et pour s’amuser plus »
On ne parlera jamais assez des ‘peer pressures’, mais il y a aussi ceux qui boivent par choix. Si Nitin et Shirley, tous deux amateurs de Clubbing et de concerts en tous genres, disent avoir été initiés à l’alcool et au tabac par leur groupe d’amis, ils affirment le faire aujourd’hui par choix. « J’y prends plaisir. Pour moi, il n’y a pas de fête sans alcool et tabac. Cela n’en vaut pas le coup.

Pas gagne nissa là. Moi, je pense que si nous savons consommer avec modération, ça ira. Je sais que l’abus ne pourra que me causer du tort. Et puis, je ne suis qu’un buveur occasionnel et je ne fume pas beaucoup », laisse entendre Nitin, âgé de 15 ans, habitant de Caroline. Shirley, âgée de 14 ans, habitant Vacoas, partage l’avis de Nitin. Elle adore faire la fête et pour cette adolescente, il n’y a pas de fête sans alcool et cigarette. « J’aime bien consommer quelques verres et des cigarettes. Cela accentue le plaisir.

Et, ce n’est pas que je suis timide, mais je n’arrive pas vraiment à me lâcher et à m’amuser sans.» Les deux adolescents avouent qu’ils ont facilement accès aux cigarettes et à l’alcool dans les commerces et en boîtes ou dans les concerts. Nitin fume depuis trois ans et Shirley depuis un an. Ils soutiennent qu’ils ont toujours acheté leurs clopes et leurs boissons, eux-mêmes. Pour l’entrée en boîte le soir, ils passent comme une lettre à la poste, avancent-ils.

Le ministère de la Santé passe à l’attaque
Des études internationales montrent que les adolescents consommant de l’alcool sont ceux qui fument le plus. Conséquences : ces jeunes se désintéressent de la famille et des études. Il s’agit d’un cercle vicieux. À Maurice, le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie ne reste pas insensible à ce problème.

Lors du lancement du ‘Activities For the Nutrition Month-May 2012’, qui s’est tenu à Adolphe de Plevitz SSS (Boys), à Grand-Baie le 9 mai dernier, le ministre a évoqué le problème de l’alcool et du tabac parmi les jeunes. Ce qui entraîne des problèmes de santé. « ‘The Global School-based Student Health Survey’, étude effectuée en juillet 2011 par mon ministère en collaboration avec World Health Organization and Centres for Disease Control, Atlanta, a analysé les habitudes des jeunes âgées entre 13 et 15 ans en Form II, III and IV. Cette étude démontre que 16,3 % des élèves fumaient une cigarette une fois par mois ou plus.

Parmi les élèves fumeurs 76,5 % ont goûté à leur première cigarette avant 14 ans. 25,2 % d’élèves ont bu au moins un verre d’alcool durant les 30 jours qui a précédé le ‘Survey’, et parmi eux qui ont déjà consommé de l’alcool, 72,5 % y ont touché avant l’âge de 14 ans. C’est malheureux », déclare le ministre Lormus Bundhoo. « Mes chers élèves, j’ai un message très simple pour m’assurer que vous évitiez les problèmes de diabète, cancer et cardiaques, entre autres. Ne fumez pas, ne consommez pas d’alcool… » Lance le ministre.

L’incitation de la part des promoteurs est illégale
Toute forme de publicité pour la promotion de l’alcool et de la cigarette est interdite, mais l’idée de créer une vocation de buveurs, en associant l’alcool et la cigarette à la fête et à la musique est bien présente. Des promoteurs ne sont concernés que par leur business et qui n’hésitent pas à cibler, de manière directe, les consommateurs les plus jeunes. Ils font la promotion de ces boissons dans des fêtes et offrent même des dégustations gratuites. Et tout cela est strictement interdit, selon Deowan Mohee, le président de l’Association Vie et Santé (VISA). Il explique que son ONG soutient la loi anti-tabagisme et veille à ce qu’elle soit respectée.
« Nous faisons souvent des descentes sur le terrain pour vérifier que la loi est respectée.

Dans les grandes surfaces, nous n’avons pas ce genre de problème car elles respectent la loi. Ce sont les boutiques et les tabagies qui vendent au détail qui font perdurer le problème. Elles rendent plus accessible le tabac aux mineurs. Je trouve que le ministère de la Santé et les autorités concernées font déjà un très bon travail. Ce problème ne se limite pas qu’à Maurice, mais au monde entier. C’est un fléau qui fait, d’ailleurs, des milliers de victimes. Nous faisons régulièrement des causeries comme mode de prévention, mais il reste beaucoup à faire. Ce n’est pas un problème simple à régler », explique ce dernier.

Il existe des lois très précises en vigueur sur la vente de cigarettes et de l’alcool, et en ce qui concerne les mineurs il est clairement stipulé: ‘Obligation aux revendeurs de tabac d’installer un panneau informant que la vente est interdite aux mineurs et Obligation d’installation d’un panneau clairement lisible en anglais, en français et en créole informant le public que la vente d’alcool est interdite aux mineurs’.

Deowan Mohee estime qu’on aura beau afficher que la vente de la cigarette et de l’alcool est interdite aux mineurs, certains commerçants ne respecteront pas la loi. Ils disent que certains mineurs ont l’air plus âgé et ils se laissent prendre. Dans certains pays étrangers dont les États-Unis, on ne vend pas de boissons alcoolisées et des cigarettes sans que le client ait présenté sa carte d’identité ou son passeport.

L’alcool et la cigarette font vieillir et tuent
Le Dr Balmick Foogooa explique que la consommation de cigarettes et de l’alcool ne peut qu’accélérer les méfaits sur la santé. Plus on commence tôt, plus on augmente ses chances de tomber gravement malade et d’en mourir. Entre plaisir raisonnable et abus, certaines personnes ne savent pas faire la différence.

« Le foie prend au moins une heure à deux heures pour digérer l’alcool, mais une surconsommation d’alcool peut détruire les cellules hépatiques et entraîner une cirrhose du foie. Les jeunes sont plus fragiles et s’ils ne font pas attention, la consommation d’alcool et de cigarettes peut être mortelle ou avoir de graves séquelles physiques et neurologiques », laisse entendre le médecin.

La consommation excessive d’alcool augmente le risque de cancer de la bouche et du pharynx, ainsi que des lésions cérébrales. Pour ce qui est du tabac, ce n’est un secret pour personne : la fumée du tabac contient plus de 4 000 composants chimiques dont beaucoup sont toxiques. « Le tabac accélère le processus du vieillissement et augmente les risques de cancer du poumon, mais aussi du larynx, du pharynx. Associé à l’alcool c’est pire, car cela crée d’autres complications. Le tabac entraîne aussi des risques de cécité. Cela n’affecte pas que le consommateur, mais aussi ceux qui deviennent des fumeurs passifs», précise le Dr Balmick Foogooa.
– See more at: http://www.defimedia.info/defi-quotidien/dq-societe/item/12252-alcool-et-tabac-chez-les-jeunes-%E2%80%93-une-accessibilit%C3%A9-d%C3%A9concertante.html#sthash.YqwHRYsc.dpuf

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Latest Updates

open all posts

Latest Updates

Latest Updates

Have a story to tell?

Send Us Your Ideas & Suggestions

To use CAPTCHA, you need Really Simple CAPTCHA plugin installed.

Privacy is guaranteed
MSM Party - Be the Change that You want to See